9 février 2021 Blog

INTERVIEW DE LOÏC DUVAL

Image d'actualité

#1 Peux-tu te présenter ? 

Loïc Duval, je suis chez Realteam Racing depuis cette année comme Norman.

 

#2 Quels ont été tes débuts en sport automobile ? 

Mes débuts en sport automobile, ça a commencé en sport mécanique puisque je faisais surtout du motocross quand j’étais enfant. Et comme je me mettais de temps en temps par terre, on a eu l’idée avec mon père de me mettre sur quatre roues plutôt que de faire du deux roues. Ça a commencé par le karting en 1994 si je ne dis pas de bétises. Karting en catégorie minime à l’époque. J’ai ensuite gravi les échelons au niveau régional, national, international avant de passer à l’automobile en voiture. Ma première année de voiture c’était en 2002 en formule campus, dans le championnat de la filière FFSA qui est basée sur le circuit du Mans

 

#3 Pourquoi as-tu choisi l'endurance ?

Comme beaucoup au départ, j’étais à fond dans la monoplace et lorsque je suis arrivé au Japon j’ai participé à deux championnats, la formule Nippon avant de faire le Super GT. Le Super GT au Japon est un championnat avec beaucoup de constructeurs, il y a deux pilotes par voiture et ça a commencé comme ça en fait, mon expérience en endurance. Je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup ça. Quand j’étais gamin j’adorais jouer dans des sports d’équipe, et le fait de pouvoir me retrouver dans ce côté un peu moin personnel, pouvoir partager avec un autre pilote, la course, les podiums, les diners, les voyages, etc, ça m’a rappelé un petit peu ça, c’est quelque chose qui me manquait en monoplace. Quand j’ai eu cette sensation là, je me suis un peu plus dirigé vers tout ce qui était endurance.

 

#4 Qu'est-ce qui te motive dans cette nouvelle saison avec Realteam ?

Ce qui me plaît, au Mans et dans l’endurance en règle générale, il y a toujours eu ce côté pro-amateur où on partage la même passion, on l’a toujours vu au Mans. Il y a toujours eu des pros, il y a toujours eu des amateurs et je pense que c’est le sens même de cette course. Au-delà d’être dans une équipe qui est très performante, parce que TDS fait des voitures très performantes, pour nous pros c’est toujours un plaisir de rouler dans cette voiture parce qu’on sait qu’on a les outils pour être les plus rapides. En parallèle, réussir à construire quelque chose avec un pilote amateur, en l'occurrence avec Esteban, c’est top, c’est hyper enrichissant parce qu’on partage l’aventure humaine, on progresse ensemble, on gagne à trois. C’est sûr que si on arrive à ne pas mettre tout dans l’ordre, on y arrivera pas, donc on a du travail, on a quelque chose à construire ensemble. C’est ça qui est très intéressant, quand à la fin de pouvoir faire des podiums. Monter sur un podium au Mans, au-dessus de cette marée humaine, en espérant que la Covid soit loin, c’est quelque chose qui est très satisfaisant, réussir à atteindre ces objectifs là, en parallèle avec un pilote amateur, c’est hyper intéressant et ça donne des émotions toujours très particulières donc c’est ça qui m’intéresse dans ce projet. Ce qui est aussi intéressant, c’est de voir la motivation d’Esteban pour bien réussir et tout ce qu’il met en place pour y arriver, c’est hyper motivant car on sent qu’il fait pas ça par dessus la jambe et qu’il y a vraiment un objectif à atteindre. C’est motivant pour nous les pros.

 

#5 Comment imagines-tu cette saison 2021 ?

Avant tout je pense que l’on va bien se marrer, c’est hyper important d’avoir une bonne ambiance et un bon esprit d’équipe. Je pense que l’on va partager des choses qui vont être top. Je pense que ça va être une année où, au début, il va y avoir des “steps”, des pas énormes en terme de progression parce que quand c’est le début, il y a tout à analyser, essayer de tout mettre en oeuvre pour progresser. Ca veut dire que l’on va faire des gros steps au tout début et puis, on va avoir une année qui va être très dure au niveau compétition parce qu’on se rend compte que dans le championnat, il y a beaucoup de pointures mais c’est très intéressant et challengeant pour nous tous. J’espère qu’on atteindra les objectifs qu’on s’est fixés qui sont un maximum de podiums, et essayer de gagner  des courses. C’est vrai que l’objectif est là, je pense qu’on a le potentiel. Mais ce qui est très important, c’est la phase d’analyse et de progression. Il va falloir tout mettre dans l’ordre, ne pas vouloir brûler les étapes, faire des fondations solides, pour en tirer un maximum de résultats par la suite.  

 

#6 Quel est ton circuit préféré ? 

Mon circuit préféré est Suzuka au Japon, c’est pour moi un des plus beaux circuits au monde si ce n’est le plus beau. Mais bien sûr Le Mans a une part particulière à mes yeux et dans mon cœur parce que la course en elle-même a quelque chose de magique. 

Galerie

Dernières actualités